Forum de l'orientation

Discussions sur les études et les métiers

Vous n'êtes pas identifié.









































#1 14-09-2018 17:00:07

Nanami
Nouveau membre
Date d'inscription: 14-09-2018
Messages: 1

Je ne me connais plus. Quoi choisir ? Quoi faire ?

Bonjour tout le monde,

Je suis étudiante en première année médecine.
Depuis toujours, devenir médecin était mon rêve. Je n'ai jamais pensé à rien d'autre. Sauf qu'en Terminale (peut-être que ça avait déjà commencé en Première), je suis devenue dépressive et j'ai perdu quasiment toute confiance en moi. Du coup, j'ai complètement mis en question le fait que je devienne un bon docteur.

En terminale, surout vers le 2ème semestre pendant les journées d'orientation, on nous a conseillé de faire des plans A, B, C, ect concernant ce qu'on voudrait faire post bac, car dans mon pays, la plupart des écoles sup exigent la réussite d'un concours d'accès pour y être admis. Même chose pour médecine, où on n'a ps de PACES mais plutôt un concours avant l'admission même en fac de méd.

Toujours sous le coup de 0% confiance en moi, j'ai commencé à chercher un autre domaine qui me plairait, et m'essayer de convaincre qu'il existe qqc de mieux que la méd. C'est là que tt s'est chamboulé. J'ai soudain commencé à me dire que je ne suispas faite pr la biologie après tt et que de tt façon je suis maladroite et que je ferais mal aux gens plutôt que de les guérir, comme pr me préparer mentalement à la déception de l'échec dans le concours qui est difficile. En revanche, je n'ai trouvé aucune autre alternative qui me plairait à part l'architecture que j'apprécie bien.

Donc, j'ai préparé le concours d'archi et de médecine, j'ai raté le 1er et réussi le dernier. Tout le monde me félicite, je suis considérée chanceuse car "c'est la fac de méd quand même!". Sauf que moi, je me sens un peu vide à l'intérieur. Soit vide, soit il y a une énorme frayeur qui emplit le vide.

Le vide, parce que je souffre des séquelles de la période où j'essayais de me convaincre que je n'aime pas la biologie et que c'est malheureux de passer sa vie à fairr qqc qu'on n'aime pas. On dirait que j'ai commencé à m'en convaincre tt au fond de moi, alors qu'il y à peine 2 ans, j'étais excitée, attendrie et amoureuse du métier de médecin. Je vois les autres étudiants parler et aller et venir avec enthousiasme, alors que je me sens marcher comme un robot, indécise, hésitante.

La frayeur, c'est parce que la dépression m'a laissée avec une mémoire trop mauvaise, alors que c'est la principale qyalité requise en études de méd. Commebt ferais-je donc? D'aytre part, je ne me vois pas comme qq sur lequel on pourrait compter. Je me vois un peu stupide et trop maladroite alors que j'aurais affaire avec des VIES HUMAINES. Je MEURS DE PEUR. Je n'arrive pas à me débarrasser du scébario qui tourne en boucle dans ma tête: le médecin médiocre, à mauvaise réputation qui tue ses patients plutôt que de les guérir.

Le problème c'est que je ne peux pas faire confiance à mes jugements. D'une part, j'ai les séquelles de ma dépression qui vous fait voir sous votre jour le plus mauvais, ou peut-être même un jr qui n'existe même pas , et ma tête qui n'arrive pas à se débarrasser de la conviction que je suis aussi nulle que je le pense.

Certains me diraient que le fait de réussir le concours prouve qqc, mais pr moi ça ne prouve rien, car nous y étions interrogés dans les maths, la physique chimie et la SVT, à coefficients égaux.

Parfois, j'essaie de penser à attendre l'année prochaine pour repasser le concours d'archi, mais ce n'est pas trop évident, car les places sont réduites et il y a des gens bien plus doués que moi. D'ailleurs, je ne sais pas si je pourrais abandonner méd. Je ne sais pas. Je ne me connais quasiment plus.

Je ne sais même pas quelle question poser. Je suis au beau milieu d'un cyclone, sans même moi même pour me faire confiance. À vous la parole. Merci du fond du coeur.

Hors ligne

 

Pied de page des forums